Pastoure, arrive au paroxysme de la rage, bondit subitement sur un pin qu’il escalada, prompt comme

Un mois s’ecoula, sans que rien ne vint troubler la monotone existence des habitants de l’hacienda.

Lache et traitre, lui dit-il, tu es indigne du rang auquel tu avais ete eleve; au nom de tous nos compagnons je te declare degrade et rejete de parmi les gens d’honneur. . Cela suffisait a une race de cigales. Je me dis cela bien souvent. Je voudrais tromper l’attente de cette foule feroce qui se delecte dans l’espoir de mon supplice, et que le moment arrive, on ne trouve plus que mon cadavre; vous voyez bien que vous ne pouvez rien pour moi, monsieur le comte. . Aujourd’hui? fit celui-ci ahuri de cette question a laquelle il ne s’attendait pas du tout. En effet. Tous les habitants du village entouraient Parlo-Soulet et chacun disait son mot sur la direction a prendre. Tenez, le printemps dernier, voici ce qui est arrive a Pitalugue. Cette alerte passera comme le reste. C’est entendu! c’est entendu! confirmait le prefet qui se retira vivement. Et tu ne devais pas l’etre, meme quand tu etais roi. Adieu, pieuse Adelaide, si pieuse que ta boutique est connue a Aiguebelle sous le nom de la boutique des _Deux Devotes_,–car ta chere et malheureuse soeur partage des ce monde ta pure renommee, comme elle partagera un jour,–le plus tard possible,–ta gloire immortelle dans le ciel! Bedarride se tut. Soudain, au-dessus de lui, une mere gifle son mioche. Convenez que cela ne manque pas d’allure, et, qui sait? de sagesse peut-etre.

Elle se laissait faire, les bras autour du cou de son ravisseur; ses souliers toujours suspendus a l’un des coudes battaient contre elle, et ses jambes nues et fraiches frolaient la main velue du chasseur.

Achevez-le! dit Miramon avec pitie. Rinal. Et s’il m’avait pris le coeur, de quel droit diriez-vous que ce n’est rien? –Allons, allons, fit Orsini, d’un air de bonhomie, tout va bien. Le coup partit. Rinal. Et il s’efforce vers une arcade ou s’engouffre un public humide et morose. Et Pastoure riait dans sa barbe. J’en connais, de ceux-la, interrompit Maurin, et plus d’un! –Magaud jeta sa pioche sous l’ombre legere d’un olivier, avec un soupir de soulagement: Ah! fit-il, je vais maintenant dire deux mots a mon fiasque! Son carnier etait pendu a une basse branche de l’olivier; il le decrocha, en tira pain, fromage, un oignon, et enfin du sel dans un etui de roseau coiffe d’un bouchon de liege; il posa a cote de lui son fiasque , la bouteille plate revetue de sparterie, et se mit en devoir de casser la croute.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.